X По авторам
По рубрике
По тегу
Везде

« Chaque jour nous devons tâcher de commencer notre vie à nouveau »

La parole du père spirituel

Je pense que l’homme se sent mal, non qu’il souffre de circonstances difficiles quotidiennes ou d’événements différents, mais plus à cause de l’étroitesse intérieure et du péché qui éloigne l’homme de Dieu.

Nous nous trompons très souvent. Lorsque nous nous sentons mal, nous trouvons des explications à n’en plus finir pour essayer de comprendre à quoi cela est lié : à l’incompréhension, à la relation négligeante envers nous, à la malchance, aux événements que nous ne pouvons pas accepter. En fait nous souffrons du péché, d’avoir perdu le lien avec Dieu. Nous avons perdu la maîtrise de nous-mêmes, la foi, l’espoir et Dieu. Sans Dieu l’homme ne peut pas se sentir bien. Au contraire, son âme souffre, se tourmente... Chacun de nous doit endurer un peu de temps sans Dieu, sinon l’homme se met à croire qu’il est un héros, qu’il peut et sait tout. Il se demande comme un jeune homme dévot l’a fait par rapport au Sauveur : J'ai observé toutes ces choses ; que me manque-t-il encore ? (Matthieu, 19: 20) . Cependant nous pouvons dire : « Nous n’avons pas commencé encore » dans le sillage des Pères de l'Église qui avaient bien compris que l’expérience de toute leur vie permettait d’en venir à la conclusion qu’ils n’avaient pas commencé encore à travailler pour le Royaume de Dieu.

Chaque jour nous devons tâcher de commencer notre vie à nouveau puisque le plus essentiel est que nous finissions notre chemin de vie dignement. Rappelez-vous, comment des starets parlaient du vénérable Silouane du Mont Athos ? « Regardons la fin de sa vie... » Parce que le début de la vie peut-être un, tandis que son milieu peut être absolument autre... Les fleurs peuvent être belles, mais si des vers les mangent, les fruits seront amers. C’est pourquoi j’entrevois mes péchés et je lutte contre moi-même, contre mon embarras. Qu’est-ce que Dieu m’a donné ? Que va-t-il se passer maintenant ? Je veux voir sainement et sensément ma place, ma position, mes obligations dans cette vie.

De quoi dépend-elle la notion « l’homme » ? Si l’homme est avec Dieu, il sera un vrai homme ! S’il est dans le péché, il deviendra « un singe » ! Parce que quand l’homme perd Dieu, il perd ce qui le fait homme et le lien avec l’Eternité. Nous ne devons pas avoir des illusions. Par contre, nous devons avoir Espoir en Dieu, être la créature de Dieu, un chrétien. L’homme doit avoir « l’étincelle divine ». Elle inclut le lien intérieur de l’homme avec Dieu, sa pénitence. Il faut voir ses propres infirmités, ses fautes et ne pas accuser autrui. Dieu s’en charge.

 

La croissance intérieure de l’homme correspond rarement à ses succès extérieurs et presque jamais à sa propre opinion de soi. L’un pense qu’il est « particulier », mais en réalité il s’est éloigné de Dieu pendant que l’autre croit qu’il est le dernier des derniers, insignifiant et inutile pécheur, pourtant il est très important pour Dieu. Il est beau dans cet état, parce qu’il a « l’étincelle divine », la parole vive à Dieu, le sentiment de faute. C’est la vie réelle. Bien sûr, notre vie durant, nous nous soumettons, chacun à sa manière, à la pénitence.

Maintes fois, nous constatons, ô combien le péché détruit l’homme. Il commence alors à voir tout sous un faux jour, parce qu’il cède au péché. Pour cela il suffit d’avoir une pensée coupable. Par exemple, aujourd’hui les soeurs m’ont amené une femme qui dit qu’elle ne peut plus vivre... ! Comment ça ! Certes, la vie est difficile, mais au futur elle deviendra de plus en plus difficile. En outre, les forces vives s’amoindrirons, et au résultat, apparaîtront de nouvelles maladies. Cependant, nous ne pouvons pas échapper à la lutte. Nous devons subir les difficultés, les obstacles que Dieu nous a prédéterminés. Nous devons vivre de façon à ne pas enfouir et gaspiller son talent (Matthieu 25: 13–30).

Nous devons changer notre point de vue, ne pas craindre de faire des fautes, faire des démarches décisives, tirer une conclusion pour que dans notre vie il n’y ait pas de stagnation, afin que nous ne nous enlisions pas. Dans le marais tout croupit, parce que son eau stagne. Nous savons bien que l’eau coule, elle se purifie, et un délicieux poisson se met à y abonder. Mais dans le marais l’eau a une odeur de vase. La même chose avec l’homme : il tombe, se relève, il a du mal (n’ayez pas peur, tout guérira !), et malgré tout, il poursuit son chemin. Il est important que l’homme apprenne, cherche Dieu, ne se fixe pas... Lorsque l’homme reste tête à tête avec lui-même, avec ses pensées, il peut devenir fou. Nous avons besoin de communiquer, de discuter avec les autres, puisque tous sont différents, chacun avec son propre caractère, ses passions et son amour-propre. Nous tous devons travailler ensemble à la gloire de Dieu.

21.06.2018

Traduit par Marie Dzhavadyan

modxtalks.write_comment

modxtalks.quote
modxtalks.quote_text