X По авторам
По рубрике
По тегу
Везде

L’offense est un poison pour l’âme

Recherchez la paix avec tous, et la sanctification,
sans laquelle personne ne verra le Seigneur

(Hé, 12 : 14).

Il est typique pour nous de ressentir l’offense de temps en temps. Je ne connaît personne qui n’éprouvait jamais ce sentiment répugnant. Etant un poison pour l’âme, il nous fait vexer une personne inconnue, notre prochain et le Christ même ! Malheureusement, ce péché en engendre d’autres vices tels que la réprobation, le mensonge, la calomnie et la rancune. Le fiel de l’amertume est une infection qui empoisonne tout notre être et toute notre âme. Les conséquences de l’amertume chez un chrétien sont graves et souvent insoupçonnées et d’autant plus fâcheuses si elles ne sont pas perçues à temps.

Rappelons-nous l’errance des Hébreux dans le désert. Ils profèrent des paroles intolérables après avoir vu tous les miracles de Dieu :  Que ne sommes-nous morts par la main de l'Éternel dans le pays d'Égypte, quand nous étions assis près des pots de viande, quand nous mangions du pain à satiété ? Car vous nous avez menés dans ce désert pour faire mourir de faim toute cette multitude (Ex, 16  : 3). Leurs indignations et désobéissances nous témoignent de leur hostilité envers Dieu, Qui leur a fait subir quelques privations et désagréments... Le sort de ces entêtés a été réglé :  Tous ceux qui ont vu ma gloire, et les prodiges que j'ai fait en Égypte et dans le désert, qui m'ont tenté déjà dix fois, et qui n'ont point écouté ma voix, tous ceux-là ne verront point le pays que j'ai juré à leurs pères de leur donner, tous ceux qui m'ont méprisé ne le verront point (No, 14 : 22-23).

Aujourd’hui il nous semble aussi que nous ne possédons pas ce que nous méritons. Nous voulons être en bonne santé, avoir de l’argent, de la gloire... Cessons de nous plaindre et remercions Dieu ! Confions-nous à Dieu ! Il nous donne ce qui est favorable à notre croissance spirituelle. Cessons d’exaspérer notre Créateur avec notre incrédulité et louons notre Seigneur de tout notre cœur, prions-Le de nous guider sur le chemin et par là de nous aider à surmonter les difficultés de notre vie dans le quotidien.

Nous nous éloignons volontairement ou inconsciemment de nos offenseurs même si le conflit latent s’est désamorcé avec le temps. Pourquoi ? Parce que cela nous demanderait des efforts particuliers... Vraiment, il est plus facile d’aimer ceux qui nous aiment. Mais que nous dit Dieu au juste à ce propos ?  Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même ?  (Mt, 5 : 46-47)

Il ne vous est pas demandé d’infliger votre présence à vos détracteurs. Il faut toujours agir sainement. Cependant si quelqu’un cherche à vous nuire, vous devez chercher à faire l’effort de lui pardonner, à lui manifester votre amour. Même une petite marque d’attention, une parole affectueuse ou un regard affable peut faire fondre la glace dans son coeur...

Prenez l’exemple sur les petits enfants ! Ils ne se formalisent pas exagérément car cet état d’âme est trop pénible pour eux. Très vite, ils oublient la vexation  comme si de rien n’était.

Mais que faire s’il est trop difficile de pardonner ? On peut nous calomnier ou même nous trahir.  Est-ce que nous avons le droit à l’offense dans les cas pareils ?.. L’une de mon histoire préférée de l’Ancien Testament est celle de Joseph, fils de Jacob. Elle nous montre que l’homme peut pardonner tout le mal... Joseph a été vendu comme esclave par ses frères jaloux. Il est devenu le serviteur de Potiphar, officier du pharaon d’Egypte. Puis il a été envoyé en prison pour une fausse inculpation provenant de la femme dissolue de Potiphar. Elle a diffamé Joseph car il l’avait repoussée... Joseph n’avait pas la vie facile, n’est-ce pas ? Mais en a-t-il fait reproche à Dieu ? Non, il Le priait avec application, en espérant en Son aide. Est-ce que Joseph en a voulu à ses frères ? Oui, mais il a su surmonter tous ses mauvais sentiments et su agir avec sagesse et générosité. En son état de vice-roi d’Egypte, Joseph a délivrés ses frères de la famine et leur a pourvu une existence aisée en Egypte.

Il y a une autre histoire, consacrée à la victoire sur le péché d’offense. Il s’agit de la parabole du Fils prodigue du Nouveau Testament. Souvenez-vous, avec quelle joie le père a accueilli son fils repentant, bien qu’il aurait pu le refuser, n’est-ce pas ?.. Ainsi, même si nous estimons avoir été vexés injustement, nous devons méditer sur ce sentiment, en comprendre la nature pour enfin savoir pardonner. Et par le pardon, nous délivrons notre âme de ce dangereux poison qu’est l’amertume ! Théophane le Reclus a écrit à ce sujet : « Le pardon des vexations est la plus courte et la plus sûre voie du salut... Dans notre vie il y a beaucoup de prétextes aux conflits et offenses. Dieu les utilise pour nous mettre sur la bonne voie... Celui qui pardonne par la volonté de Dieu... est un bon homme, l’homme qui ne connait plus l’offense car il est en paix avec lui-même. Quand l’homme décide de débarasser son coeur des mauvais sentiments, alors la grâce de Dieu peut s’y installer ».

Au début l’offense et de-là la pitié que nous ressentons envers nous-mêmes semble un vrai délice pour nos cœurs. C’est pourquoi nous aimons l’éprouver. Mais très vite elle nous ravage l’âme et nous éloigne de Dieu. Et ça… C’est terrible !

Alors concentrons nos pensées et nos actes à des fins plus utiles : la lutte incessante contre l’offense. Par le repentir sincère, nous devrons pardonner notre prochain de tout notre cœur, si nous voulons recevoir la grâce de Dieu et entrer dans le Royaume des Cieux.

18.09.2018

Traduit par Marie Dzhavadyan

modxtalks.write_comment

modxtalks.quote
modxtalks.quote_text